rejet


rejet

1. rejet [ rəʒɛ ] n. m.
• 1357 « nouvelle pousse d'une plante »; subst. verb. de rejeter
Bot. Jeune pousse feuillée née de la souche d'une plante vivace ou ligneuse. cépée, drageon. Multiplication par rejets. Par ext. Rejeton, branche nouvelle d'un arbre. Rejet de souche, de tige. rejet 2. rejet [ rəʒɛ ] n. m.
XVIe; regiet 1241; de rejeter
I
1Action de rejeter (I et II); son résultat. éjection. « Le rejet des cadavres à la mer » (Camus). Le rejet de la terre d'un fossé : la terre rejetée.
Géol. Rejet d'une faille, sa partie en surplomb.
2(1870) Versif. Élément de phrase de faible étendue placé au début d'un vers, mais rattaché étroitement au vers précédent par la construction (ex. « La foudre du Capitolin Tombe » [Hérédia]). aussi enjambement.
Styl. Le fait de rejeter à la fin de la phrase, dans un souci d'expressivité, un élément important et significatif. Gramm. Le fait de rejeter le verbe ou le sujet à la fin de la proposition. Le rejet en allemand.
II
1(1530) Action de rejeter (III); son résultat. abandon, refus. Rejet d'une proposition, d'une requête, d'un projet. Prononcer le rejet d'un recours en grâce.
2Log. Opérateur (connecteur binaire) qui est la négation de la disjonction (symb.).
3Méd. Manifestation de l'intolérance de l'organisme à un greffon, du fait d'une incompatibilité immunitaire. Phénomène, réaction de rejet.
4Attitude de refus vis-à-vis de qqn, d'un groupe, de qqch. d'abstrait. Phénomène de rejet dû à la xénophobie. exclusion.
⊗ CONTR. (du II) Adoption, admission; réception, recette.

rejet nom masculin (de rejeter) Action de rejeter, de renvoyer hors de soi : Le rejet d'une épave par la mer. Ce qui est rejeté : Des rejets de chlore ont pollué la rivière. Fait de refuser, de ne pas admettre ; abandon : Le rejet d'une requête. Apiculture Jeune essaim d'abeilles qui abandonne la ruche natale. Biologie Phénomène par lequel un organisme receveur se défend contre un greffon provenant d'un autre sujet et le rend inapte à remplir sa fonction. Géologie Valeur du déplacement entre les deux compartiments d'une faille. Grammaire Le fait de déplacer à la fin de la proposition le sujet ou le verbe. Littérature Procédé inverse de l'enjambement par lequel on rejette seulement une expression brève ou un mot ou deux au vers suivant ; mot ainsi rejeté. Sylviculture Jeune pousse d'arbre provenant du recépage d'une souche (rejet de souche) ou d'une tige (rejet de tige). ● rejet (expressions) nom masculin (de rejeter) Phénomène de rejet, refus d'admettre dans un groupe, une société, des éléments étrangers. ● rejet (synonymes) nom masculin (de rejeter) Fait de refuser, de ne pas admettre ; abandon
Synonymes :
Contraires :
Apiculture. Jeune essaim d'abeilles qui abandonne la ruche natale.
Synonymes :

rejet
n. m.
rI./r
d1./d Action de rejeter; fait d'être rejeté. Rejet des eaux usées. Rejet d'un pourvoi en cassation.
d2./d Membre de phrase étroitement lié, pour le sens, à un vers, mais placé au début du vers suivant. (Ex.: "Et lorsque je la vis au seuil de sa maison / S'enfuir..." Musset.)
d3./d MED Ensemble des réactions immunitaires qui aboutissent à l'élimination d'un greffon par l'organisme du sujet receveur.
rII./r Nouvelle pousse d'une plante.
|| Spécial. Pousse émise par une souche.

⇒REJET, subst. masc.
A. — [Corresp. à jeter I A] TEINT., vx. Fait de plonger une seconde ou une troisième fois une étoffe dans un bain teinté en bleu afin d'en foncer la nuance. (Dict. XIXe s.).
B. — [Corresp. à rejeter I B, C]
1. Action de rejeter ; p. méton., ce qui est rejeté. En partic. Terre rejetée lors du creusement d'un fossé. Il y a marque de non-mitoyenneté lorsque la levée ou le rejet de la terre se trouve d'un côté seulement du fossé (Code civil, 1804, art. 667, p. 122).
GÉOL. Rejet (d'une faille). ,,Valeur du déplacement subi par une couche de terrain traversée par une faille`` (NOËL 1968). Des crevasses de 60 à 150 kilomètres de long, et dont les deux bords présentaient une dénivellation sensible, parfois même un rejet horizontal (LAPPARENT, Abr. géol., 1886, p. 98).
Émission brusque de matières qui jaillissent par la bouche. Ces deux maladies n'ont de commun que l'apparence, que le fait brutal du rejet de fausses membranes venues des bronches (CADET DE GASSICOURT, Mal. enf., t. 1, 1880, p. 138). Le rejet d'anneaux de ténias par la bouche est en effet un phénomène assez fréquent (BRUMPT, Parasitol., 1910, p. 216).
2. [Corresp. à rejeter I C]
a) Fait de repousser quelque chose/quelqu'un; résultat de cette action. Le lit de Christine est défait. Les plis du drap, le rejet de la couverture, (...) restent tels que les a laissés son corps sautant du lit (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 306).
En partic. Fait de rejeter un ennemi. Il était nécessaire d'adopter une nouvelle tactique pour assurer (...) le rejet de l'ennemi sur la Somme (FOCH, Mém., t. 2, 1929, p. 180).
b) STYL. ,,Procédé de style qui consiste à déplacer un ou plusieurs mots et à les repousser en fin de proposition ou en fin de phrase`` (DAGN. 1965).
c) VERSIFICATION
) ,,Procédé de versification consistant à repousser d'un vers au suivant, pour l'isoler et le mettre en relief au moyen du rythme, un membre de phrase que le sens rattache au vers précédent`` (ibid.); p. méton., mot(s) ainsi rejeté(s):
« Alors m'éveillerai-je à la ferveur première,
« Droit et seul sous un flot antique de lumière,
« Lys! Et l'un de vous tous pour l'ingénuité » [Mallarmé]. Ce vers (...) avec le monosyllabe lys! en rejet (...) exprimait allégoriquement, en un seul terme (...) l'état momentané du faune vierge, affolé de rut par la vue des nymphes.
HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 262.
) ,,Procédé rythmique consistant à rejeter un mot par-dessus la césure afin de le mettre en valeur`` (MORIER 1961). [P. ex.] Et la perruque alors // rugit et fut crinière (HUGO, Contemplations, ibid.).
d) Fait de se débarrasser de quelque chose d'inutile ou d'encombrant; p. méton., ce qui est ainsi rejeté. Rejet des eaux usées. La campagne contre les explosions atomiques (...) s'est prolongée en 1959 par les attaques soviétiques contre les rejets en mer des déchets radioactifs (GOLDSCHMIDT, Avent. atom., 1962, p. 191).
TECHNOL. Produit le plus pauvre sortant d'une machine et pouvant éventuellement être réutilisé. Synon. résidu. Dans une flottation de galène et blende, le rejet du circuit plomb constitue l'alimentation du circuit zinc (Minéral. 1972).
e) Mouvement brusque de retrait. — Mais asseyez-vous donc, Mademoiselle. — Non, fit la jeune fille d'un mouvement de tête. Mademoiselle de Rieusses eut un rejet en arrière de répulsion intégrale (LA VARENDE, Nez-de-Cuir, 1936, p. 96).
f) FIN. Renvoi d'une partie d'un compte sur un autre chapitre. (Dict. XIXe et XXe s.). Cet article de dépense ayant paru déplacé, on en a ordonné le rejet sur un autre chapitre de compte (Ac. 1835-1935).
g) HIST. DE LA FISC. Faire le rejet d'une taxe, d'une imposition, sur une paroisse, une ville. ,,Réimposer la paroisse, la ville pour atteindre un chiffre voulu de contribution`` (LITTRÉ).
h) Au fig. Fait de renvoyer à plus tard. Maintenant que j'ai obtenu le paiement de la totalité de la somme due à Mary-Cécile, le rejet au début de l'année suivante des Diaries of Court Ladies of Old Japan me serait plus indifférent dans le cas où il faudrait faire place aux Dubliners (DU BOS, Journal, 1923, p. 254).
C. — [Corresp. à rejeter I D]
1. [En parlant d'un inanimé abstr.] Fait de refuser. Rejet d'une méthode. Il fallait, pour un temps, accepter le rejet de toute morale et ne résister plus aux désirs (GIDE, Nouv. nourr., 1935, p. 280). Le principe de l'économie de l'hypothèse — et du rejet de toute hypothèse (...) surgira (AMADOU, Parapsychol., 1954, p. 29).
♦ Domaine jur. ou pol. Rejet d'une loi, d'une proposition, d'une requête. Avant que le conseil de guerre fût réuni, le directeur du Journal officiel (...) reçoit la copie du jugement, le texte du pourvoi en grâce et de son rejet, avec le récit de l'exécution (CLEMENCEAU, Iniquité, 1899, p. 312).
Spécialement
a) INFORMAT. ,,Non-prise en compte par un récepteur d'une information qu'il a effectivement reçue`` (MORVAN Informat. 1981). Un rejet peut avoir différentes causes, par exemple le fonctionnement d'un mécanisme de contrôle de flux ou bien le fait que l'information ait subi des erreurs de transmission (MORVAN Informat. 1981).
b) LING. Marques de rejet. ,,Ensemble de notations (par abus, néologisme, etc.) qui, en lexicographie, indiquent qu'un mot, un sens ou une expression ne sont pas admis dans la norme du français dit « cultivé ». On parle aussi de marques de rejet à propos de notations comme les guillemets mis devant et après un mot et une suite de mots que le locuteur ne prend pas à son compte`` (Ling. 1972).
c) LOG. Opérateur binaire qui est la négation de la disjonction (symb. ⋀). (Dict. XXe s.).
2. [En parlant d'une pers.] Fait de rejeter, de repousser en tenant à l'écart. Synon. exclusion, éviction. La raison avait évidemment conseillé le rejet d'un homme aussi indigne (GOBINEAU, Pléiades, 1874, p. 265).
PSYCHOL. Rejet d'un enfant. Non-acceptation d'un enfant par ses parents (ou par l'un des deux) se manifestant, soit par une franche hostilité, soit par le recours à des méthodes éducatives rigides, soit au contraire par la dissimulation sous une sollicitude et une surprotection anxieuse. Ce rejet, sous quelque forme qu'il s'exprime, le culpabilise [l'enfant] et le trouble profondément (BASTIN 1970).
3. MÉD. (Phénomène de) rejet. ,,Refus de tolérance, d'acceptation, d'intégration ou d'assimilation d'un corps, d'un tissu ou d'un organe, à l'occasion d'une greffe par exemple, qui se traduit par des réactions biologiques, plus ou moins intenses`` (LAFON 1969). Les problèmes (...) du rejet des greffes par exemple (BARIÉTY, COURY, Hist. méd., 1963, p. 702).
D. — 1. APIC. Essaim de jeunes abeilles qui abandonne la ruche natale. (Dict. XIXe et XXe s.). Synon. jet.
2. ARBORIC. Nouvelle pousse produite par la souche, le tronc ou les branches d'une plante ligneuse, le plus souvent à la suite d'un recépage. Synon. jet, rejeton. Rejet vivace. Les anciennes souches des vieux chênes s'étaient couvertes de rejets (SAND, Meunier d'Angib., 1845, p. 112).
3. Vieilli
a) Petit tuyau de plomb soudé sur un corps de pompe par lequel l'eau s'échappe lorsque l'on manœuvre cette pompe. (Dict. XIXe et XXe s.).
b) Piège à collet dont le ressort, constitué par une branche d'arbre flexible ou par un fil de fer que l'on pique en terre, est rejeté en arrière par la force de son élasticité lors du passage d'un oiseau. Rejet à bécasses. Je suis arrivé à un rejet où une mésange, les pattes brisées, se débattait en jetant de petits cris de douleur (GONCOURT, Journal, 1893, p. 457).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1242 regiet « ce qui est rejeté » ici, de la terre (Ch., Anchin, Flines, A. Nord, et Moreau 162, f ° 86 r °, B.N. ds GDF. Compl.); 2. 1357 regiet « pousse nouvelle d'une plante » (Reg. du chap. de S. J. de Jérus., A.N. MM 28, f ° 57 r °, ibid.); 3. 1828 versif. (SAINTE-BEUVE, Tabl. poés. fr., p. 86). B. 1. 1530 reject « action de rejeter, de repousser » ici, une personne (J. BOUCHET, Triumphes de la noble dame, f ° 129 v ° ds GDF. Compl.); 2. 1576 « réfutation » (BODIN, Rep., I, 8, ibid.); 3. 1690 comptab. (FUR.). Déverbal de rejeter. Fréq. abs. littér.:152. Bbg. RANFT 1908, p. 56.

rejet [ʀ(ə)ʒɛ] n. m.
ÉTYM. XVIe; regiet, 1241; de rejeter.
———
I (De rejeter, II.).
1 (Mil. XIVe). Pousse qui se dresse en surface du sol, qui naît de la souche des plantes vivaces ou ligneuses dont la tige a été détruite. Bourgeon, cépée, drageon, jet, pousse, rejeton. || Couper au sécateur un rejet inutile (→ Émonder, cit. 3). || Prélever des rejets pour la multiplication. aussi Accrue (A., 2.).Par ext. Rejeton, branche nouvelle d'un arbre.Collectivt. || Du rejet.
1 (…) des racicots, qui sont de grosses racines sortant de terre et donnant du rejet.
G. Sand, la Petite Fadette, VIII.
2 (1870). Jeune essaim qui part de la ruche.
———
II
1 (Av. 1870). Action de rejeter (I. et II.); résultat de cette action. Éjection, évacuation, excrétion.Spécialt. || Le rejet de la terre d'un fossé (cit. 2), la terre rejetée.Géol. || Rejet d'une faille (2. Faille, cit.).
2 Rieux savait qu'on avait prévu alors des solutions désespérées, comme le rejet des cadavres à la mer (…)
Camus, la Peste, p. 197.
2 (Av. 1870). Fait de déplacer un élément du discours.Spécialt. Enjambement. a Rejet d'un mot au vers suivant.
3 Il y a enjambement quand la phrase « enjambe » sur le vers, de sorte que la voix ne peut marquer un temps d'arrêt à la rime (…) L'enjambement atténue l'importance du mot placé à la rime et diminue la valeur de la rime elle-même.
Le rejet est un procédé tout différent. Un élément de phrase de faible étendue, placé au début d'un vers, se rattache étroitement par la construction au vers précédent : « C'est bien à l'escalier / Dérobé » (V. Hugo). Le rejet détache et met en valeur un ou plusieurs mots : « La foudre du Capitolin / Tombe » (Heredia).
Brunot et Bruneau, Grammaire historique de la langue franç., §§761-762.
b « Procédé rythmique consistant à rejeter un mot par-dessus la césure, afin de le mettre en valeur (…) Tu glissas le mensonge atroce entre ses dents, Verhaeren » (H. Morier, Dict. de poétique, p. 344).
c Fait de rejeter à la fin de la proposition ou de la phrase un élément important et significatif, l'ordre normal étant abandonné dans un souci d'expressivité (cf. le Français moderne, oct. 1958).Fait de rejeter le verbe à la fin de la proposition.
4 Le rejet est de règle dans les langues germaniques, spécialement en allemand, pour l'infinitif et le participe, et pour le verbe à un mode personnel dans les subordonnées.
A. Dauzat, Grammaire raisonnée de la langue franç., p. 436.
3 (XVIe). Action de rejeter; résultat de cette action. Abandon, enterrement (fig.), refus. || Rejet d'une proposition, d'une requête, d'un projet, d'un amendement… (→ Lecture, cit. 14). || Décision de rejet. || L'admission ou le rejet d'un travail, d'un article… (→ Imputer, cit. 12; 1. page, cit. 4). || Prononcer le rejet d'une fourniture défectueuse.
5 Le roi (Louis-Philippe) le reçut bien, mais il lui dit (…) Vous savez que je déteste la peine de mort. Chaque fois qu'il faut signer un rejet de grâce, le supplice commence par moi.
Hugo, Choses vues, 8 juin 1846.
(Mil. XXe). Spécialt. Log. Opérateur (connectif binaire) qui est la négation de la disjonction (symb. ∧).
Physiol., méd. Intolérance de l'organisme à l'assimilation d'un organe greffé. Cœur (greffe du cœur). || Phénomène de rejet.
tableau Lexique de la chirurgie.
Psychol., sociol. Attitude de refus vis-à-vis de qqn, d'un groupe ou de qqch. d'abstrait.
(Personnes). || Le rejet des membres indisciplinés d'une assemblée. Exclusion, expulsion; éviction.
CONTR. Assimilation. — Adoption. — Adhésion, admission, approbation, concession.
COMP. Antirejet.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • rejet — REJÉT, rejeturi, s.n. (livr.) Respingere. ♦ (geol.) Denivelare produsă de o falie. – Din fr. rejet. Trimis de dante, 06.07.2004. Sursa: DEX 98  rejét s. n., pl. rejéturi Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar ortografic  …   Dicționar Român

  • rejet — Rejet. s. m. v. Terme de finance, reimposition qu on fait sur une Communauté, d une taxe, qui n a pû estre payée par ceux sur qui elle avoit esté faite. Il manque tant à la somme qui a esté imposée, il en faut faire le rejet sur tout le bourg,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Rejet — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Rejet », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Le mot rejet peut signifier : Rejet… …   Wikipédia en Français

  • rejet — (re jè ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l s se lie : des re jè z heureux ; rejets rime avec paix, succès, faits, etc.) s. m. 1°   Action de rejeter ; état de ce qui est rejeté.    En termes de travaux des champs, la terre… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • REJET — s. m. Action de rebuter une chose, de n en pas vouloir, de ne pas l agréer, l admettre. On a ordonné le rejet de cette pièce comme inutile, falsifiée, supposée. Il a voté pour le rejet de la loi proposée. Il a opiné au rejet de la proposition. Le …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • REJET — n. m. Action de repousser une chose, de n’en pas vouloir, de ne pas l’admettre. On a ordonné le rejet de cette pièce comme inutile, falsifiée, supposée. Il a voté pour le rejet de la loi proposée. Il s’est prononcé pour le rejet de la proposition …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • rejet — nm., rejeton, surgeon, nouveau jet, jeune pousse, pousse // tige rejet (nouvelle) du bois qui pousse sur une souche ou une racine ou au pied d un arbre, drageon, (ep. d une plante uniquement) : aRBYOLON (Albanais 001, Annecy 003, Balme Sillingy,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • REJET — s. m. T. d Agricult. Il se dit Du nouveau bois, de la nouvelle pousse d une plante, d un arbre. Voilà le rejet de cette année. Ce n est encore là que le rejet d une année.   Il se dit aussi pour Rejeton. Les rejets de cet arbre empêchent qu il ne …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • rejet — antirejet rejet …   Dictionnaire des rimes

  • rejet — šalinimas statusas T sritis automatika atitikmenys: angl. deletion; elimination; exclusion; removal; stripping vok. Ausschließung, f; Ausschluß, m; Beseitigung, f rus. исключение, n; удаление, n pranc. élimination, f; rejet, m …   Automatikos terminų žodynas


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.